share
Version imprimable

On fond pour le Coco de Paimpol !

Chaque été, et jusqu’à la fin du mois d’octobre, un haricot blanc fait son apparition sur les étals des marchés. Son petit nom ? Le Coco de Paimpol ! L’un des produits phares de la Destination Baie de Saint-Brieuc - Paimpol - Les Caps, peut s’enorgueillir de faire rayonner notre territoire depuis plus de 20 ans grâce à son label AOP. Pour en savoir un peu plus sur cette légumineuse, direction Pléhédel avec Hervé Guézou, producteur de cocos.

 

Une culture récente

Si l’on ne présente plus le Coco de Paimpol, j’apprends toutefois avec surprise que sa culture sur les terres costarmoricaines est  relativement  récente. Il fait  son  apparition en 1928, lorsqu’un marin le ramène d’Amérique latine dans ses bagages avant de le semer dans son jardin. Et ce n’est que dans les années 1960, que sa culture quitte alors le cadre confidentiel des familles paimpolaises et se développe auprès des agriculteurs locaux.

 

Coco de Paimpol

 

Son agréable petit goût de noisette lui assure rapidement un franc succès qui lui vaut d’être reconnu dans toute la France et par les plus grands chefs, et le conduit ainsi à la labellisation AOC et AOP depuis plus de 20 ans. Une belle récompense pour ses 220 producteurs fiers des 6 tonnes de cocos produites chaque année !

 

Une récolte de qualité

Dans  le  calme, cela s’active dans le champ d’Hervé. Les  beaux  jours  ont  permis  à  la  légumineuse d’arriver très vite à maturité et  il  ne  faut  pas  perdre  de  temps : l’hectare dans  lequel  nous  nous trouvons doit être fait en 3 jours, sous peine de perdre une partie de la production.

 

Coco de Paimpol

 

Semés entre la mi-avril et le début du mois de juillet, les cocos sont ramassés de la mi-juillet à la mi-octobre,  après  environ  90 jours  de  pousse. La  gousse  est  jaune  pâle,  marbrée  de  violet,  et  remplie d’appétissants grains bien gonflés. Vient alors le temps des plumeurs. Ce drôle de nom est celui des petites  mains agiles qui, tout  autour  de  moi, arrachent  les  plants,  en  font  des  bouquets  avant  de sélectionner minutieusement les plus belles gousses, celles qui seront sur les étals dès le lendemain. J’observe avec attention le geste sûr et posé de ces nombreux habitués qui viennent, pour certains, depuis près de 20 ans à ce rendez-vous immanquable.

 

Plumeurs de Coco de Paimpol

 

Et cet aliment de qualité a ses fidèles sur les marchés, comme me l’explique Hervé. Les consommateurs achètent, écossent (le coco, ça se mérite!) et congèlent les grains afin de profiter de cette légumineuse qui se marie aussi bien avec une viande qu’un poisson, tout au long de l’hiver. Et côté préparation, ce haricot demi-sec présente tous les avantages : pas de trempage, une cuisson rapide pour un résultat fondant et unique... comme j’ai pu le constater en réalisant cette petite recette simple et goûteuse :

 

Cocos de Paimpol au lard fumé

Pour 4 personnes :

-400 g de Cocos de Paimpol

-250gde lard fumé

-1 oignon

-1 bouquet garni

-Sel, poivre


Écossez les Cocos et coupez grossièrement l’oignon. Plongez-les  avec  le  bouquet  garni  dans une casserole d’eau froide. Cuisez 35 à  40 minutes dès le début de l’ébullition. Aux  2/3  de  la  cuisson, ajoutez un peu de sel à l’eau de cuisson des Cocos. Ne salez surtout pas avant, le sel ferait éclater les haricots !

Pendant ce temps, coupez le lard en petits morceaux et faites-les revenir à la poêle dans un peu de beurre.

Quand vos Cocos sont cuits, ils doivent être fondants  en bouche, égouttez-les et ajoutez le lard à la préparation. Servez et régalez-vous !

Difficile de passer à côté de ce haricot qui se déguste à toutes les sauces : chaud, froid, en salade ou en mousse... On a tous une raison de craquer pour ce coco !

 

Recette coco de Paimpol